L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé thomas daveluy

Tous les billets contenant ce mot clé

  L’exposition KARST, La dimension cassée est le fruit d’une carte blanche proposée à l’association Multi-Prises par le service culture de la Ville de Lorient. Exposition immersive présenté à la galerie du Faouëdic de Lorient du 9 juin au 23 juillet 2017. Création collective de Simon AUGADE, Thomas DAVELUY, Nicolas DESVERRONNIERES, Nastasja DUTHOIS, Arnaud GOUALOU, Sylvain LE CORRE, Jérémy LEUDET et Claire VERGNOLLE. "Ce fut rapide. Un léger battement de cœur, le temps d’un souffle inspiré par la surprise ; une paupière qui se ferme et se ré-ouvre sur les antipodes. On pouvait y apercevoir des colonnes à l’écorce blanchâtre et plâtreuse. Des arbres nouveaux, une prolifération sortant du sol comme des aiguilles perçant la peau. A travers la forêt, on pouvait discerner dans l’horizon perdu, l’entrée d’un terrier. Un gouffre inondé d’obscurité, un dédale de terre, submergé par les vagues. Les roches s’écoulant dans les passages comme un sablier brisé. Un son sourd, celui de l’eau qui s’étouffe dans le lointain. Puis soudain, l’écho d’une caverne, celui d’une gigantesque galerie, creusée par le temps qui venait d’éclore sous nos yeux."                                                                                                                        VERNISSAGE - 9 juin 2017                  VISITES COMMENTEES PAR LES ARTISTES DE MULTI-PRISES - 11 juin, 4 juillet et 22 juillet 2017                  

_IGP1828_R_MP.jpg

  L'association Multi-Prises est heureuse de vous convier au vernissage de sa dernière exposition KARST, La dimension cassée Vendredi 9 Juin à 18h30 à la Galerie du Faouëdic, LORIENT Exposition immersive présentée du 9 juin au 23 juillet 2017 - Entrée libre -   Création collective de Simon AUGADE, Thomas DAVELUY, Nicolas DESVERRONNIERES, Nastasja DUTHOIS, Arnaud GOUALOU, Sylvain LE CORRE, Jérémy LEUDET et Claire VERGNOLLE. En accès libre du mercredi au dimanche de 14h à 19h Galerie du Faouëdic - Boulevard du Général Leclerc - LORIENT Informations : 02 97 02 22 57 - www.lorient.fr     Ce fut rapide. Un léger battement de cœur, le temps d’un souffle inspiré par la surprise ; une paupière qui se ferme et se ré-ouvre sur les antipodes. On pouvait y apercevoir des colonnes à l’écorce blanchâtre et plâtreuse. Des arbres nouveaux, une prolifération sortant du sol comme des aiguilles perçant la peau. A travers la forêt, on pouvait discerner dans l’horizon perdu, l’entrée d’un terrier. Un gouffre inondé d’obscurité, un dédale de terre, submergé par les vagues. Les roches s’écoulant dans les passages comme un sablier brisé. Un son sourd, celui de l’eau qui s’étouffe dans le lointain. Puis soudain, l’écho d’une caverne, celui d’une gigantesque galerie, creusée par le temps qui venait d’éclore sous nos yeux. En attendant de se retrouver le vendredi 9 juin... voici quelques vues bien mystérieuses...     Teasers de l'exposition (réalisés par Justine Saulière et Thomas Daveluy)

affiche-v5-A3

Après un an de travail, je suis fier de vous dévoiler la première version grand public de mon jeu vidéo : Naufrage. Disponible gratuitement pour Windows, Mac et Linux, il est même compatible avec les casques de réalité virtuelle.     Qu'est-ce que Naufrage ? Il s'agit d'un jeu vidéo indépendant et expérimental, orienté aventure/exploration avec un fort aspect contemplatif. Echoué sur une île le joueur devra explorer le monde de Naufrage afin de révéler ses secrets. Au travers de musiques, textes et animations, l'univers se dévoile dans une ambiance fascinante et contemplative. Mais gare à ne pas braver les interdits, les guetteurs sont là pour surveiller tous vos faits et gestes...     Comment est né ce projet ? Interface de Unity Démarré en septembre 2015 (il y a tout juste un an), le projet a tout d'abord vu le jour sous forme d'expérience. Passionné de jeux vidéos, j'ai toujours rêvé d'en réaliser un par moi même : devant l'explosion de la scène indépendante et avec l'arrivée d'outils de création simples comme Unity, j'ai décidé de me lancer dans la création de mon propre univers, sans ambition commerciale. Quelques mois plus tard, le monde de Naufrage était né et avait déjà dépassé toutes mes attentes.   David Bideau et son modulaire Après avoir fait tester à quelques proches et devant les retours très positifs, j'ai alors décidé d'en faire un vrai jeu et de le diffuser au grand public. Pour cela, j'ai fait appel à deux écrivains, Delphine Balligand et Arnaud Goualou afin de réaliser une histoire parallèle à découvrir sous forme de notes sur l'île. La musique, quand à elle, a été entièrement créée pour l'occasion par David Bideau, artiste musicien et avec l'aide d'un synthétiseur modulaire. Ses créations musicales m'ont beaucoup inspirées pour développer l'ambiance et les axes du jeu. Pourquoi le nom « Naufrage » ? Beaucoup de récits d'aventure commencent par un naufrage. Pour moi, ce mot ne représente pas une fin, mais un changement qui mène à de nouvelles découvertes. Faire naufrage nécessite de tout perdre pour se reconstruire, c'est un peu ce que devra faire le joueur au fil de sa progression (ou plutôt régression, mais je n'en dit pas plus...) . Ce mot représente aussi mon état lorsque j'ai commencé à développer ce jeu : arrivé dans un univers inconnu, j'ai du apprendre à maîtriser des outils dont j'ignorais même l'existence. Et c'était déjà le début de l'aventure... Pour quel public ? Naufrage est jouable par tout le monde, peu importe l'âge. La prise en main n'est pas complexe et le déplacement est relativement facile. Les énigmes peuvent parfois être un peu longues à découvrir mais si vous aimez l'exploration et la contemplation, Naufrage devrait vous plaire. Lorsqu'il a été présenté dans le cadre des ateliers ouverts, le jeu a reçu un accueil formidable de la part d'un public plutôt hétéroclite (hommes et femmes de de 13 à 83 ans !). Dans les semaines et mois qui suivront, Naufrage sera de nouveau présenté en réalité virtuelle dans certaines médiathèques et lieux publics. Je communiquerai les dates au fur et à mesure qu'elles se confirmeront. Pourquoi gratuitement ? Naufrage est mon premier jeu, il m'a permis de découvrir ce formidable outil de création qu'est Unity. Lorsque j'ai démarré l'aventure, ce n'était pas dans un but commercial. Je reste persuadé que la création est avant tout une chose qui se partage avant de se vendre. Malgré tout, Itch.io, la plateforme sur laquelle vous pouvez télécharger le jeu, propose la possibilité de faire un don à l'auteur d'un projet. Si vous voulez m'encourager ou faire un geste symbolique, vous pouvez donner la somme de votre choix. Ce don n'est aucunement obligatoire et n'offre rien de plus que mes remerciements chaleureux. Dans tous les cas, partager mon jeu et en parler autour de vous reste le meilleur soutien que vous pourriez me faire !  

mp.jpg

- Exposition Hospitalités - Art contemporain et biodiversité   Du 15 juin au 20 septembre 2015 au site abbatial de Saint-Maurice - Clohars-Carnoët (29)   Venez découvrir les créations in situ de 5 artistes de l'association Multi-Prises     Hospitalités est le titre donné à l’exposition d’art contemporain qui se tiendra cet été à Clohars-Carnoët (29). Informations au 02 98 71 65 51 - Horaires d'ouverture de l'abbaye. Onze artistes investissent le site abbatial de Saint Maurice pour y proposer des œuvres inédites. Ces créations visent à interpeller le spectateur sur la question de la biodiversité, concept au cœur de la gestion du site, propriété du Conservatoire du littoral. Le projet affirme le principe d’hospitalité et de préservation de la nature, au travers d’une trilogie œuvre / site / paysage.   - Vernissage le samedi 13 juin à 12h - en présence des artistes   St Maurice, un lieu de rencontre avec la nature Ce site est d’abord un « sanctuaire de nature » avec une réglementation spécifique au Conservatoire où se mène une politique de sauvegarde des éléments bâtis, des milieux naturels, de la faune et de la flore assurée par Gwenaël Guillouzouic, garde du littoral.            Ouvert au grand public, c'est aussi un espace de sensibilisation avec des expositions permanentes et temporaires. L'histoire du lieu, le mode de vie des moines, le patrimoine naturel, les chauves-souris, sont autant d'éléments à découvrir. L'exposition Hospitalités est une invitation à poser un autre regard sur ce paysage frontière qui comprend 123 ha de bois, de landes, de prés salés, de prairies pâturées en bordure du fleuve côtier : la Laïta. Les artistes en résidence de création Dans une équation imprévue, cinq artistes de l'association Multi-Prises se trouvent réunis au côté de six artistes enseignants-chercheurs et doctorants d’arts plastiques de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Elisabeth AMBLARD, Olga KISSELEVA, Art Orienté Objet / Marion LAVAL-JEANTET & Benoît MANGIN, Benjamin SABATIER, Catherine VIOLLET). Simon AUGADE - La Marche de l'Histoire       Thomas DAVELUY - Soustractions       Nastasja DUTHOIS - Arantèle     Arnaud GOUALOU - L'étranger - Le videur - Période estivale                                           Claire VERGNOLLE - Révérence         

Site abbatial de Saint Maurice - Clohars-Carnoët

L'Age de Faire, une exposition organisée par l'association Multi-Prises et l’Écurie... Le temps d'un week-end, 5 membres de Multi-Prises vous invitent à L'Ecurie, lieu d’expérimentation plastique en milieu rural.Le planning : Vendredi 6 juin à 18h00 : Vernissage.Dimanche 8 juin à 15h00 : Projection avec les Artisans Filmeurs associés : Des belles et des bêtes de Lucia Sanchez (2010).Ouvert de 7 au 9 Juin de 10h00 à 18h30 en présence des artistes. L'affiche (à gauche), réalisée par Julien Croyal, a été spécialement tirée en sérigraphie en nombre limité (70 exemplaires).   L'exposition L'Âge de Faire... des bêtises, des histoires, des rêves, des jeux, des envies... Lâchez un groupe d'enfants dans un grenier, ils vous en feront un royaume. Celui de la création. Qui, plus jeune, ne s'est pas construit un repaire secret ? Un grenier, une cave, un arbre, une chambre, aucune frontière à notre imagination. S'emparer d'un lieu, écouter ce que les murs nous murmurent à l'oreille afin d'y faire "récit". Devenir capitaine sur le pont d'un bateau, les draps fleuris de mamie battant dans l'aire de notre imaginaire. Raconter ou se raconter, voilà le choix des artistes de Multi-Prises. Pour cette occasion, cinq d'entre eux s'installent, les maîtres d'écurie leurs ont donné les clés du château. Ils poussent les meubles, roulent les tapis, emballent la faïence et décrochent les tableaux. Place aux artistes. Maintenant c'est à eux de faire... Quelques mots sur leurs démarches : Claire Vergnolle "Pierres aux murmures cachés. Discret, jeux de pistes, surpris par ces présences minérales... vivant figé en disant long. Statues partielles, mur morcelé, quand le vivant, l'espace et le lieu se mêlent au temps."   Simon Augade "Hache de faire contre la pierre, détournements, jeux de mots, humour, goût sucré se mêlant au goût de la poudre et du fer, rire jaune dévoilant la violence et la réalité de notre monde, jouet d'enfant pour s'amuser de la bêtise des adultes."   Thomas Daveluy  "Matière morte, matière organique, matière vidéo. Entre texture et pixels, entre surface et projection, l'image numérique se déforme et se transforme au contact de son support."   Nastasja Duthois "Jeu d'enfant pour parcours de vie, où l'équilibre répond au chaos des rebonds. Retrouver dans la simplicité de certains objets un espace de notre enfance."   Arnaud Goualou "Le cerf, le couronné des bois, gouverne sur son royaume insulaire. Entre dessin et baroque, l'âge de rêver est affaire des plus jeunes comme des plus âgés."   Comment s'y rendre ? L'écurieLa grée56660 Saint-Jean Brévelay(proche centre d'art de Kerguehennec)Voir la carte sur Google Maps

affiche_lagedefaire_mp.jpg

Bonjour à tous, dans le cadre d'une exposition collective d'anciens étudiants de l'EESAB (dont je serai amené à parler ultérieurement), j'ai entrepris de réaliser un projet imaginé il y a quelques années : une sculpture de télévisions pour diffuser le film les oiseaux. La sculpture prend la forme d'une arche contenant 24 télévisions qui diffusent, ensembles, le film. Grâce au soutien de l'EESAB - site de Lorient, j'ai pu m'installer dans un atelier afin de réaliser la pièce (au passage vous pouvez venir la voir dans les ateliers de l'école).Aujourd'hui j'ai déjà construit la structure, câblé pratiquement tout l'ensemble et posé 10 télévisions. Mon souci repose évidemment sur le fait de trouver, dans un temps limité, le nombre de télévisions nécessaires pour faire cette pièce.Je suis actuellement en lien avec Emmaüs (que je remercie au passage) qui me fournit des télévisions régulièrement, mais je ne suis pas certain d'arriver à trouver le bon nombre de postes de TV à temps. Aussi, j'en appelle à votre aide pour me permettre de trouver des télévisions cathodiques couleur 51cm de diagonale. Si vous possédez ou connaissez des gens qui possèdent ce genre de télévisions, je vous les achète (à un prix raisonnable) et viens les chercher.N'hésitez pas à répondre par le biais des commentaires ou par mail à mon adresse : t[point]daveluy[at]gmail[point]com. En vous remerciant d'avance. Mise à jour du 31/10/2013 Il ne me reste plus que 4 TV à trouver, voilà quelques photos pour vous montrer l'avancement du projet :

variation1.jpg

C'est par l'intermédiaire de l'Oeil d'Oodaaq que j'ai découvert l'existence du village de Saumède en Galice. Il s'agit d'un ancien village abandonné que des français ont entrepris de réhabiliter afin d'y vivre et de monter des projets culturels et associatifs. Introuvable sur Google Maps, il se situe juste à côté de Célanova et dispose d'un accès à l'électricité et à l'eau courante. Le village organise tous les ans un festival durant l'été, mais cette année la nouveauté a été la mise en place d'une résidence au mois de septembre, conviant plusieurs jeunes artistes à venir y travailler durant 2 semaines.J'ai donc décidé de me joindre à l'aventure (accompagné de Jonas Delhaye et Guillaume Lepoix) et c'est au milieu des poules, des chèvres, des ânes et des ruines que nous nous sommes installés durant ces quinze jours. Le village Actuellement seule une des maisons du village est entièrement réhabilitée. Elle sert de cuisine, de salle de séjour et offre 3 chambres pour les résidents annuels. Les festivaliers ou les artistes en résidence doivent aller dormir sous les tentes dans le camping du village au milieu duquel un âne broute bruyamment (surtout la nuit). Le lieu de travail dédié aux artistes se situe à l'arrière du village, juste à côté des tentes, il est constitué d'une table, d'une rallonge électrique et deux canapés posés sur un sol recouvert de paille. Un lieu de travail aussi insolite que génial. Pour la nourriture, on essaye de se servir au maximum des fruits et légumes offerts par le jardin (qui est bien beau et assez grand) ainsi que des courses faites régulièrement dans la ville voisine. Les nouveaux arrivants se voient attribuer une couleur (qui est désignée en fonction de leur date de naissance et du calendrier maya -je crois-) qui définit leur tour de cuisine (tous les 4 jours environ). Sur les deux semaines de résidence, chacun a rivalisé d’imagination pour faire des plats plus excellents les uns que les autres. Comme quoi avec peu de choses on peut faire de vrais festins tous les jours. La résidence Au final, je dois dire que je suis réellement charmé par cette résidence. L'accueil a été des plus chaleureux (j'ai en ce moment même encore le souvenir de notre départ et des adieux interminables), même malgré la barrière de la langue (je ne parle pas un mot d'espagnol), le cadre de travail est exceptionnel et le lieu est vraiment rempli de surprises. J'encourage tout jeune artiste désireux de se retrouver dans un cadre non institutionnel à participer à cette résidence qui se déroule tous les ans au mois de Septembre. Le seul bémol aura été le temps ; deux semaines étant bien trop courtes pour réellement investir le lieu et entamer un travail en profondeur. J'ai tout de même réussi à produire deux vidéos dont je suis assez satisfait. Une chose est sûre : j'y retournerai l'année prochaine !

IMGA0583.JPG

Certains d'entre-vous ont déjà pu le remarquer, mais j'ai ajouté une petite nouveauté sur le site : Une petite mosaïque d'images à gauche du menu en page d'accueil qui fait un petit tour des pages présentes sur le site Une mosaïque en bas d'un billet sélectionné (ne s'affiche pas en page d'accueil) qui propose des pages en commun avec celle-ci Il s'agit en fait d'un projet que je développe depuis 6 mois dans le cadre d'un séminaire sur l'auto-archivage immédiat comme œuvre d'art (initié par Julie Morel) que j'ai nommé display:none; . Avant d'expliquer, voilà le résultat de ce projet : Une page plus grande est aussi visible sur multi-prises display:none; est une plateforme qui dresse une carte interactive d'un ou plusieurs sites web et qui se reconfigure en permanence. Chaque fois qu'une nouvelle page est créée sur un site (nouveau billet, nouveau post, etc...), la plateforme va créer automatiquement une miniature supplémentaire et la mettre en relation avec d'autres images (par un système de mots clés). La première image affichée correspond à la toute dernière entrée créée sur le site. Les images qui suivent sont celles qui partagent le plus de mots clés en commun avec la première. L'utilisateur est libre de cliquer sur une image pour la replacer en premier et reconfigurer la mosaïque. Il se retrouve alors devant une mosaïque d'images au sein de laquelle il est libre de naviguer au gré de ses envies. En installant display:none; sur multi-prises, il va désormais être possible de découvrir les travaux non plus rangés par artistes, mais en fonction des points communs qu'ils peuvent avoir les uns avec les autres. Si deux créations issues de deux artistes différents ont beaucoup de points en commun, les deux images renvoyant vers ces pièces seront affichées côte à côte. C'est une manière plus collective ou du moins plus relationnelle de découvrir nos travaux respectifs.   Je ne vais pas me perdre en détails sur le projet mais si ça vous intéresse, j'y ai consacré un billet plus complet sur mon blog.   J'ai encore du mal à parler de ce projet, ne serait-ce que parce qu'il est assez complexe techniquement (je n'ai pas parlé du fonctionnement technique mais je l'explique sur mon site) et aussi parce qu'il est difficile d'expliquer son utilisation (il est plus facile de cliquer et de découvrir par soi même son fonctionnement).   Vous en pensez quoi ? Ça vous semble simple d'utilisation ? Utile/intéressant ? Hésitez pas à critiquer ça pourrait me permettre d'avancer...

Display None