L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé parcours

Tous les billets contenant ce mot clé

  Champ d'Expression, un parcours d'art contemporain à la ferme - 4ème édition Champ d'Expression est un parcours d'art contemporain issu d'une rencontre entre des artistes plasticiens et des agriculteurs, entre deux champs d'expression qui nous propose une relecture du monde : l'un à travers son travail sur le paysage, l'agriculture dessine et modèle nos campagnes; l'autre à travers une vision sensible des formes, des couleurs et des matériaux. Pour cette 4ème édition, l'association La Fourmi-e a donné carte blanche aux artistes de l'association Multi-Prises (Simon AUGADE, Nicolas DESVERRONNIERES, Barbara FILÂTRE, Arnaud GOUALOU, Guillaume LEPOIX et Claire VERGNOLLE). De la conception à la réalisation, chaque oeuvre du parcours a été pensé à 6 têtes et 12 mains! 6 fermes / 6 oeuvres / 1 collectif   Retrouvez les coulisses de création dans un précédent billet avec les interviews croisées des agriculteurs/artistes… Et pour ceux et celles qui n'ont pas pu découvrir les oeuvres du parcours en voici un aperçu...   Chez Lionel & Cécile GAINON  - éleveurs de vaches allaitantes à Prat ar Mel - LESCOUËT-GOUAREC    Ligne de fuite - Voliges, demi-chevrons, 20 x 3.50 m, 2016.   Plonger dans la ligne, là où les éclats du paysage se mélangent. Suivre le fil du rivage qui s’entremêle dans la profusion :   le fil des dentelles de feuilles en palette de verts, le brun terreux qui s’assombrit dans les profondeurs de l’eau, puis le vif, là où le soleil se pose sur la surface. Contempler ce flou d’horizon depuis la terre ferme ou sur un chemin de bois plongeant dans les abysses. Laisser son regard vagabonder, retarder pour admirer la vue, avant que le temps ne se remette en marche. *              Chez Steven FLAMEN & Delphine JOUAN - éleveurs de vaches allaitantes à Kermoelesse - LESCOUËT-GOUAREC      La voie du feuillet - papier artisanal en bouse de vache, cellulose, vernis, cloche, manivelle, structure bois, 2016.   Laisser l’homme raconter son histoire. Celle d’une famille, d’une maison, d’un travail quotidien. Écouter les récits des sentiers battus, des ruisseaux traversés et des forêts étendues. Se saisir de la parole pour imaginer tout un monde. Des lignes, des frontières, sortant de terre pour s’élever. Sur la table, une carte de papier tachée de brun et de vert est étendue, le doigt glissant sur les bosses, les crevasses, sautant au-dessus des plis, désignant les aléas de tout un royaume. *               Chez Christelle & Yann DANIBERT - éleveurs d'alpagas à Caleshouarn - MELLIONNEC       Dans les replis - Empreintes de végétaux et minéraux : feutrine, maïzena, fil de laine, dimensions variables, 2016.   Les racines fibreuses se sont implantées entre les murs humides d’un petit lopin de terre intérieur. Une croûte végétale s’est formée autour d’une nature luxuriante qui a pris la fuite. Cette pâle écorce poussant vers les hauteurs, un cocon de toile feutrée, abandonné dans sa cabane de solitude. Des spectres figés, comme cristallisés dans leur beauté d'antan, telle une toile cousue en noir et blanc, d’un paysage sur le point de s’effacer. *                  Chez Laëtitia & Fabrice MONTHULEY - élevage avicole et vaches allaitantes à Villeneuve - MELLIONNEC         L’ombre des géants - Maquettes des poulaillers, bois, échelle 1/13ème, installation vidéo, captation et projection en direct, 2016.   Ils envahirent d’abord nos assiettes puis nos maisons. Créatures du jurassic, monstres de plumes, étranges volatiles   aux pattes griffues, le bec acéré et les yeux agares. L’évolution se mit en marche et l'infiniment petit devint grand.   Ils prirent l’ascendant, nous forçant à nous barricader entre nos murs impuissants, la peur au ventre.   Les ombres des géants se mirent alors à défiler dans les fissures de nos fenêtres. *                    Chez Anne & Yann KASTLER - éleveurs de vaches allaitantes à Lann Bonen - ROSTRENEN    Etude comportementale indirecte du déplacement des limousines - élevage Kastler - 24.08.2016 - Table d’étude, installation vidéos, 2016.   Observer ces êtres sous un nouveau jour, contempler la lassitude du ruminant vagabond.   Prendre note, mesurer, calibrer, reporter sur plan les moindres faits et gestes.   Étudier le terrain, analyser les tactiques de l’adversaire.   Puis le coup de sifflet retentit, changement d'équipe sur le terrain.   Mise en place des artistes géolocalisés et c’est la remise en jeu. *                 Chez Marie-Annick & Jean-Marc THOMAS  - éleveurs de vaches laitières à Lokmaria - ROSTRENEN    Grondement, bois, 4 x 5 x 10 m, 2016.   Entendre la menace qui se rapproche, ce grondement, échos d’un monstre sortant de l’obscurité. La voilà qui surgit, glissant des branches telle une créature, une bête engloutissant tout sur son passage. Ce monticule, figure d’une nature farouche, grignotant les terres des hommes, tentant de reprendre sa place avec vivacité. Telle une épidémie forçant l’homme à travailler plus, l’enfermant dans ce cycle de combat. Plongeant les routes dans la noirceur, s’infiltrant dans les maisons, inondant les champs tel un raz-de-marée. *             * Texte écrit par Arnaud GOUALOU   Multi-Prises tient à remercier tout particulièrement : Christelle & Yann DANIBERT, Steven FLAMEN & Delphine JOUAN, Lionel & Cécile GAINON, Anne & Yann KASTLER, Laëtitia & Fabrice MONTHULEY, Marie-Annick & Jean-Marc THOMAS et leur famille pour leur remarquable accueil... Aurélie BESENVAL, Cynthia GUYOT et toute l’équipe de L’association La Fourmi-e pour leur invitation et leur soutien. mais aussi… Thomas DAVELUY pour la capture vidéo et le montage et nos adhérents pour leur précieux soutien...

IMG_1844_BISBIS_MP.jpg

Exposition STOLONIA 17 Octobre - 1er Novembre 2015 Parc Chevassu - Parc Jules Ferry - Locaux de l'ancien BIJ LORIENT   Le parc est un lieu de promenade, de passage, un lieu qui permet au temps de s'étirer dans la lenteur des végétaux, faisant ainsi l'équilibre avec la vie urbaine.
 Les plantes stolonifères forment des tiges qui courent à la surface du sol et s'enracinent de place en place pour donner ainsi naissance à de nouvelles pousses.
 De même, déployer un projet dans la ville crée des relations entre différents espaces, et cette déambulation permet des possibilités de dialogue entre des lieux qui n'en ont pas d'ordinaire. Marion BAILLY-SALIN Nicolas DESVERRONNIÈRES Barbara FILÂTRE   Trois jeunes artistes plasticiens vous invitent à porter un nouveau regard sur les espaces verts de la ville, ses parcs et jardins, ceux qui travaillent et ceux qui les traversent. Un parcours mêlant le bois, le papier végétal, l'installation vidéo et sonore pour sortir des espaces conventionnels.   Vernissage le samedi 17 octobre 2015 à 16h Au Parc Jules Ferry pour une visite des installations jusqu'au parc Chevassu   Marion BAILLY-SALIN - Backstage installation vidéo, capteurs à ultrasons, matériel éléctonique, dimensions variables, 2015.    « Explorer les parcs et jardins, c’est aussi rencontrer les personnes qui y travaillent, les organisent, dessinent les parterres de fleurs, associent les genres et les couleurs du végétal. Par le biais d’une installation vidéo, l’on se retrouve face à face. Il ne s’agit pas de les voir au travail, ni d’écouter des témoignages, mais de se retrouver physiquement reliés les uns aux autres, comme dans un miroir dont le reflet nous révélerait une autre personne. »     Nicolas DESVERRONNIÈRES - Chevassuland installation de sculptures, bois et matériaux divers, dimensions variables, 2015.    « En partant du postulat que les parcs d’attractions peuvent être des lieux concurrentiels aux parcs et jardins publics, le vocabulaire lié à ces espaces de divertissement est détourné afin de produire une installation de sculptures au sein du parc Chevassu. L’idée est de considérer les montagnes russes comme l’élément récurrent des parcs à thèmes, puis d’en fabriquer des fragments à différentes échelles qui se déploient en un parcours au sein même du parc. Ces modules de jeux, façonnés dans le bois provenant des découpes d’arbres de la commune, donnent une dimension fictionnelle au jardin. Se créer alors un environnement où des notions de mises en scène, d’illusions et de détournements se côtoient.»   Barbara FILÂTRE - Mue installation de papiers réalisés à partir des végétaux de la ville, bois, matériaux divers, dimensions variables, 2015.       « La nature est dans un renouvellement incessant : elle meurt et se régénère. Les jardiniers des parcs sont aussi dans ce renouveau constant de la flore qui compose les architectures végétales des espaces.
 Les plantes sont mises à disposition des regardeurs, puis déplantées afin de reconstruire un terreau riche pour en accueillir de nouvelles.
Transformer des végétaux en papier est une façon de s’insérer dans ce cycle de la vie végétale où l’homme prend sa place. La matière papier devient la palette d’un dessin représentant une facette de ce paysage. »     Oeuvre collective des trois artistes - Jardin à flots installation sonore, enceintes, tubes métalliques, leds, matériel électoniques, 2015. « Le parc Jules Ferry, symbole des modifications et évolutions de la ville, est passé par plusieurs transformations et voué à de nouvelles. Des sons émergent de poteaux métalliques sortant de terre, tentant de lier l’histoire au présent. Les ambiances de ce lieu se mêlent en sons de voix et de minéraux, comme un lointain souvenir d’un lieu perpétuellement indéfini. »   - Plan du parcours -     / TÉLÉCHARGER LE DÉPLIANT / / PAGE FACEBOOK /  

affiche_stolonia.jpg