L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé micro financement

Tous les billets contenant ce mot clé

Plus que quelques jours pour participer à la seconde édition lancée par Les Ondînes… Au menu du vendredi 26 Février 2016 aux Ateliers du Bout du Monde : - 1 buffet - 1 lieu - 3 artistes - 40 participants - des partenaires locaux L'idée de ce projet est d'organiser un repas convivial pour le micro-fiancement d'initiatives artistiques. Pour cette seconde édition Lorientaise, l'association Les Ondînes s'associe avec l'association J'ai vu un documentaire de Lorient pour proposer un appel à projets autour de la réalisation de documentaires (long, moyen ou court-métrages). - Télécharger l'appel à projets -   L’association Les Ondînes est née à Lorient en avril 2015. Elle a pour vocation de favoriser la mise en réseau des artistes, du public, des partenaires locaux et des structures culturelles engagées dans le soutien à la création et la diffusion artistique sur le territoire lorientais, dans un esprit convivial, simple et accessible quelque soit les connaissances culturelles de chacun. Il s’agit de soutenir et d’orienter des démarches artistiques en cours de création, en prenant en compte les difficultés propres au secteur culturel. Proposer au public lorientais de micro-financer, soutenir des initiatives artistiques dans un acte de coproduction plutôt que de consommation. Composition et ingrédients... Le repas est organisé pour 40 convives avec une participation de 15 € par personne répartis comme suit : 5€ pour le repas, 2€ pour l’adhésion à l’association et 8€ pour la co-production d’une oeuvre. Suite à l’appel à projet aux artistes, les Ondînes auront préalablement sélectionné 3 propositions artistiques. Lors de la soirée, les artistes présentent leur projet aux convives, qui choisissent en fin de repas la démarche qu’ils souhaitent soutenir et voir coproduit. Les bénéfices du repas (320€) sont reversés au travail approuvé par la majorité, faisant ainsi de chacun un partenaire du projet artistique. Le tout dans un contexte convivial, le soutien n'est pas seulement financier ou logistique mais bien humain, dans une rencontre et un échange avec le public.         Une réflexion sur l'art et son financement Si aujourd’hui, l’art peut souvent être accessible gratuitement au public, il semble essentiel de sensibiliser ce dernier aux réalités de la création et aux difficultés financières auxquelles sont souvent confrontés les artistes. L’idée est simple, proposer aux participants d’être co-producteur de projets artistiques par l’intermédiaire des Ondînes. L’originalité de la démarche est d’offrir un temps de rencontre hors des évènements classiques du réseau artistique (vernissage, exposition, conférence, etc.). L’accompagnement à la jeune création réside dans l’envie de soutenir des projets en manque de moyens financiers sans considération de parcours, de réalisations passées ou d’intégration à priori au sein d’un réseau. Le micro-financement de projets permet d’envisager le mécénat hors du soutien entrepreneurial et prend la forme d’un engagement financier pour le travail d’un artiste. Le peu d’intermédiaires et l’échelle réduite du projet permettent une mise en oeuvre rapide du financement et offre une relation directe du producteur/créateur au regardeur, sollicitant les convictions de ce dernier pour faire naître le projet. S’inspirant de la pensée actuelle du micro-credit, il s’agit de mener une réflexion sur les possibles mutualisations financières et matérielles dans le monde de l’art, (dans l’esprit de l'initiative de l’association La Collective basée à Rennes, dont un des membres de Multi-Prises a déjà participé en tant qu'artiste, à lire.) Retour sur la 1ère édition aux Ateliers du 31dt La première soirée des Ondînes s’est déroulée le 3 juillet 2015, aux Ateliers du 31dt à Lorient. Après un appel à projet, les trois membres fondateurs des Ondînes ont choisi de présenter le travail de trois photographes aux âges, formations et pratiques différentes : - Antoine VINCENS DE TAPOL - Éric COURTET - Yvelin QUENTIN             La quarantaine de convives à choisis de micro-financer le projet d’Antoine Vincens de Tapol, qui a investi dans du matériel de lumière pour mettre en oeuvre sa série Des visages, des figures. À la suite de la soirée, les Ondînes proposent à leurs adhérents de suivre l’évolution du travail des artistes après la soirée et diffuse leurs actualités (par mailing, blog, réseaux sociaux).   Le dossier de candidature complet est à envoyer par mail à lesondinesprojet@gmail.com avant le 22 décembre 2015. pour tous renseignements : Page Facebook http://lesondines-lorient.blogspot.fr/  

10411991_1443932952598592_7946086137581624579_n.jpg

Voilà ... expérience vécue. Après un billet de Nastasja Duthois présentant le concept de La Dinée, m'y voila invité en tant qu'artiste à l'occasion du Festival OODAAQ. En effet, trois artistes participant au festival ont été convié à partager et échanger leurs travaux liés au festival. Il se trouve que là, cette dinée était un peu particulière. Étant toujours en évolution et en réflexion à chaque nouvelle Dinée, La Collective s'améliore, s'adapte, propose leurs concepts en fonction du lieu, de l'occasion etc...  La question du micro financement, du mécénat participatif et de manière générale la question du financement des artistes est soulevée par La Collective. La Dinée a ici était pensé pour un partenaire : l'Oeil d'Oodaaq, un financement pour l'aide aux défraiement et honoraires des artistes invités. Ainsi l'enjeu qui normalement se veut plus fructueux pour un seul des projets présentés pendant les Dinées était ici collectif. Ce qui pouvait peut être enlever l’aspect un peu "concurrentiel" du vote final pour la sélection du projet qui sera financé. Le principe différait aussi puisque les projets abordés ce 25 Mai 2013 avaient déjà été réalisés : Sculpture, installation, performance. Il s'agissait donc moins de défendre un projet que de le présenter simplement et le plus généreusement possible. Chacun des trois artistes avait alors un petit espace pour présenter documents et archives du projet ou de sa pratique plus largement, afin que les invités puissent se nourrir aussi de visuels ou suppléments informatifs. Les gens pouvaient alors se référer à ces panneaux d'affichage pour un début entre apéritif, prise de connaissance mutuelles et discutions hétéroclites. Suite à cela, la Dinée commence... A table! Chaque artiste se présente succinctement afin d’être identifié au début de chaque changement de plat, ils changent de place à cette même occasion. Les curiosité, les ambiances et échanges varient selon l'entrée ou le dessert comme selon les tablées... des échos aux discussions précédentes avec d'autres artistes, sont ainsi relancées sur le fait d'être jeune plasticien par exemple...  Il est vrai que les premières discutions sont à débrider mais une fois la glace brisée, le fil se suit simplement... Pour le coup, ce fût une expériences positive, offrant l'occasion de parler de la situation parfois critique des artistes, de parler de son travail de manière simple, dans un cadre où les gens se retrouvent pour manger, ce que tout le monde sait faire, enlevant ainsi une certaine mise à distance qui peut parfois être mise par un cadre plus institutionnel. Cela amène aussi la connaissance et la mise en connexion d'autres réseaux, et surtout une expérience inédite. PS : Emmaus, "mécène officiel des artistes"... Ici partenaire pour La Dinée de La Collective, axe central de l'exposition Sans Encombre, présentée par Claire Vergnolle il y a peu de temps, et fournisseur précieux pour moi même (Simon Augade) pour le Festival Oodaaq... C'est assez révélateur d'une situation actuel où les voies parallèles ou alternatives sont de rigueur. Merci Emmaus.

La dinée 1