L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé emmaus

Tous les billets contenant ce mot clé

RENCONTRE(S) Ce sont les derniers coups de marteau que l’on aura entendu en ce mois d’Avril à Chantepie. Après quatre mois d’immersion et de travail, le temps de construction s’achève. Celui de la rencontre continue. C’est l’occasion d’un premier temps fort où, publics, artistes, professionnels et jeunes de l’EDEFS, se retrouvent pour partager cette Rencontre(s). L’EDEFS 35 (Établissement Départemental d’Éducation, de Formation et de Soins), vous convie à l’inauguration du labyrinthe créé lors de ma résidence artistique à l’IME et l’ITEP, rue d’Hallouvry à Chantepie.                                            Inauguration le 24 Avril 2014 à 18h00  (entrée publique et gratuite)                                                                                                                (À 14h00 pour les scolaires) La sculpture, visible jusqu’en juillet, est composée de bribes de bois, de ce qui compose nos habitats (portes, meubles, volets...), elle propose un parcours labyrinthique constitué de grands panneaux se posant les uns sur les autres dans des équilibres précaires. Ces panneaux, ou plutôt, ces palissades, voire même barricades, contraignent la déambulation, donnant lieu à des passages, des impasses, des couloirs... " Simon Augade nous montre l’image d’un homme qui tape sur le mur qu’il (se) construit." Un lieu «à part» se trouve au sein de ces méandres de bois. Une caravane, objet nomade, se voit coincée au milieu de ce «parcours aux milles chemins», sorte de fief qui serait caché par le hasard des pistes à expérimenter. Trésor caché, isolé du monde, sujet à la rencontre. Le passage, l’aventure, le barricadement et l’isolement. Pertes et retrouvailles, cloisonnement et  morcellement, équilibre et instabilité, la chute et la béquille. L’intérieur et l’extérieur, l’inclusion et l’exclusion... Autant de notions abordées par cette sculpture en regard des questions que peuvent soulever IME (Institut Médico-Éducatif) et ITEP (Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique) au sein de notre société. Ce vernissage est le premier événement du projet engagé par l’EDEFS puisque d’autres s’en suivent... En effet, l’artiste photographe Lise Gaudaire a déjà commencé sa résidence artistique et l’émulsion continuera avec l’implication des jeunes et des professionnels de l’EDEFS. Une troupe de théâtre et de musiciens interviendront. Cela passera aussi par l’organisation de l’événement phare les 1er, 2, 3 juillet 2014 où sera présenté le résultat du travail mené lors de différents ateliers, des résidences artistiques et des échanges menés. Conférences et débats enrichiront aussi cette Rencontre(s).                                                                 --------------------------- Un très grand MERCI...... À l'EDEFS 35 et les jeunes de l'IME et de l'ITEP, ainsi que tous ceux qui se sont investis dans ce pari, relevé avec brio. ... À la communauté Emmaüs de Hédé-Bazouges qui a généreusement fourni la matière première pour la sculpture, tout comme leur sens du partage et de la relation humaine.... Aux élèves et à leurs professeures de terminale sérigraphie du lycée professionnel Emile-Zola d'Hennebont pour l'impression des affiches à l'encre d'or.... Et à la plateforme web multi-prises.fr qui accueillera d'autres articles sur le déroulement de cette résidence jusqu’à l’événement Rencontre(s) des 1er, 2 et 3 juillet 2014... suivez le fil ...Infos Pratiques... Le plan d’accès : Contacts et liens : augade.simon@gmail.com itep@edefs35.fr ime@edefs35.fr ---- http://base.ddab.org/simon-augade http://www.edefs35.fr/                                           

Affiche 56_39

Voilà ... expérience vécue. Après un billet de Nastasja Duthois présentant le concept de La Dinée, m'y voila invité en tant qu'artiste à l'occasion du Festival OODAAQ. En effet, trois artistes participant au festival ont été convié à partager et échanger leurs travaux liés au festival. Il se trouve que là, cette dinée était un peu particulière. Étant toujours en évolution et en réflexion à chaque nouvelle Dinée, La Collective s'améliore, s'adapte, propose leurs concepts en fonction du lieu, de l'occasion etc...  La question du micro financement, du mécénat participatif et de manière générale la question du financement des artistes est soulevée par La Collective. La Dinée a ici était pensé pour un partenaire : l'Oeil d'Oodaaq, un financement pour l'aide aux défraiement et honoraires des artistes invités. Ainsi l'enjeu qui normalement se veut plus fructueux pour un seul des projets présentés pendant les Dinées était ici collectif. Ce qui pouvait peut être enlever l’aspect un peu "concurrentiel" du vote final pour la sélection du projet qui sera financé. Le principe différait aussi puisque les projets abordés ce 25 Mai 2013 avaient déjà été réalisés : Sculpture, installation, performance. Il s'agissait donc moins de défendre un projet que de le présenter simplement et le plus généreusement possible. Chacun des trois artistes avait alors un petit espace pour présenter documents et archives du projet ou de sa pratique plus largement, afin que les invités puissent se nourrir aussi de visuels ou suppléments informatifs. Les gens pouvaient alors se référer à ces panneaux d'affichage pour un début entre apéritif, prise de connaissance mutuelles et discutions hétéroclites. Suite à cela, la Dinée commence... A table! Chaque artiste se présente succinctement afin d’être identifié au début de chaque changement de plat, ils changent de place à cette même occasion. Les curiosité, les ambiances et échanges varient selon l'entrée ou le dessert comme selon les tablées... des échos aux discussions précédentes avec d'autres artistes, sont ainsi relancées sur le fait d'être jeune plasticien par exemple...  Il est vrai que les premières discutions sont à débrider mais une fois la glace brisée, le fil se suit simplement... Pour le coup, ce fût une expériences positive, offrant l'occasion de parler de la situation parfois critique des artistes, de parler de son travail de manière simple, dans un cadre où les gens se retrouvent pour manger, ce que tout le monde sait faire, enlevant ainsi une certaine mise à distance qui peut parfois être mise par un cadre plus institutionnel. Cela amène aussi la connaissance et la mise en connexion d'autres réseaux, et surtout une expérience inédite. PS : Emmaus, "mécène officiel des artistes"... Ici partenaire pour La Dinée de La Collective, axe central de l'exposition Sans Encombre, présentée par Claire Vergnolle il y a peu de temps, et fournisseur précieux pour moi même (Simon Augade) pour le Festival Oodaaq... C'est assez révélateur d'une situation actuel où les voies parallèles ou alternatives sont de rigueur. Merci Emmaus.

La dinée 1