L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé beaux arts

Tous les billets contenant ce mot clé

  Ouvert du mercredi au dimanche de 13h30 à 19h  Nocturnes le jeudi jusqu'à 20h Exposition du 19 octobre 2012 au 6 janvier 2013. Si j'avais un marteau: est un  "chantier/expo" organisé au Hangar à Banane de Nantes en écho à l’actualité (rénovation et extension) du musée des Beaux Arts en pleine période de mutation. A travers une quarantaine d’œuvres provenant des collections publiques françaises ou spécialement produites pour l’occasion, cette exposition permettra de mettre en perspective l’idée du chantier comme source d’inspiration pour les artistes, inépuisable réservoir de formes et de matériaux depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui. Image du monde mais aussi image de l’œuvre en devenir, le chantier, de la démolition jusqu’aux projets de constructions réelles ou utopiques, est le reflet d’un monde en perpétuelle transformation et le laboratoire d’œuvres futures. Pour vous donner envie encore plus envie d'aller voir l'exposition voici quelques visuels : Régis Perray Nantes, 1970 Le Musée Enchantier 2011/2012 Ardoise, bois, brique, céramique, marbre, métal, peinture, pierre. (et si vous observez bien vous verrez un petit train qui se balade autour de l'escalier!) Oeuvre en cours. L'artiste se concentre sur les sols, balayer, laver, astiquer...Ici il a classé les diverses matières qui composent cette oeuvre, matériaux qu'il a directement été puiser dans les gravas de chantier du musée des Beaux Arts.                                                  Didier Marcel Besançon, 1961 Sans titre (Seita) 2004 Ciment, matériaux divers, moteur électrique. Œuvre précédemment exposé à la Galerie du Grand Café de Saint Nazaire. Dans son travail de sculpture, Didier Marcel interroge notre rapport au réel par le biais de la maquette. Il prélève des fragments de paysage façonné par l'homme, puis les reproduit avant de les replacer dans le contexte épuré de l'exposition. Ici, il s'agit d'une partie de l'ancienne usine Seita installé à Dijon et fermée en 2004. Au lieu d'être tournées vers l'avenir, ses sculptures célèbre les vestiges d'un bâtiment et commémore une activité industrielle en voie d'extinction en France. Cette pièce, posée sur un socle giratoire, fait explicitement référence au mode de présentation commerciale.  Bonne visite...

P1140135.JPG

Les anciens étudiants le savent sûrement, mais le ministère de la culture a mandaté un organisme privé pour réaliser un sondage auprès des anciens étudiants en art ayant obtenu leur diplôme. Cet étude est réalisée tous les ans (ou tous les deux ans) et a pour but de pouvoir donner des chiffres sur l'insertion professionnelle des jeunes diplômés. Cela pourrait être une bonne idée, si seulement les chiffres récoltés n'étaient pas arrangés (je ne dis pas modifiés, juste présentés sous un bon angle) afin de faire briller les apparences et présenter une belle façade de ce qu'est un cursus d'études artistiques.Vu que je ne répond jamais à ces enquêtes (que je trouve bidon), je reçois régulièrement des mails de relances qui commencent à devenir agaçants...J'ai finalement décidé de répondre par mail à l'organisme mandaté. Je vous laisse lire ma réponse sur mon blog.Pour ceux qui ont la flemme de lire l'article complet sur mon blog, en voici les principales lignes expliquant pourquoi je ne veux pas répondre à l'enquête:Je refuse de répondre car je trouve que les chiffres sont arrangés pour faire briller une fausse réalité et mentir aux parents. Après un diplôme en art, les débouchés sont rares (même s'ils sont variés) et c'est souvent des jobs alimentaires qui constituent les premiers emplois d'un jeune diplômé. Je pense que quand on parle du cursus professionnel qui suit après 5 ans d'études en art, il ne faut pas citer de chiffres, mais parler d'un but (être artiste ou se forger une réflexion personnelle de qualité) Pour moi, une école d'art est une formation non professionnalisante, point. La vraie finalité d'une école d'art n'est pas dans les débouchés, mais dans le fait de former des artistes avec une réflexion personnelle, unique et de qualité Les résultats de l'enquête font croire à des débouchés qui en plus d'être très rares (autant qu'après la fac en somme) faussent le réel intérêt de ces études Je n'ai, à ce jour, toujours pas reçu de réponse... Et vous qu'en pensez-vous ?