L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Mot clé EESAB

Tous les billets contenant ce mot clé

> Exposition du lundi 27 mai au dimanche 2 juin 2013 /    tous les jours de 14h à 19h / Galerie du Faouëdic / Lorient > "Vernissage-Finissage"le vendredi 31 mai à 18h30 Exposition de Jean Bonhoure, Anna Conzatti, Aurélie Denis et Claire Vergnolle. L'exposition Sans Encombres arrive après six mois de rencontres et d'échanges avec la Communauté Emmaüs de Rédéné (29). L'objet de cette rencontre était initialement prévu autour d'une volonté de la Communauté de créer un espace d’accueil pour les donateurs dont l'aménagement intérieur serait pensé par des artistes. Les délais de ce premier projet, étant devenus trop courts et techniquement compliqué à réaliser dans le courant de l'année 2012-2013. La question a alors été de comment poursuivre cette aventure sous une autre forme, ainsi l'idée d'une exposition est arrivée...   La richesse de ce projet ne réside pas tant dans l'exposition finale que dans les rencontres humaines avec les compagnons de la Communauté.Faire parler les objets et entendre en écho la parole, la singularité des hommes. Des hommes pour un temps marginalisés, trouvent un lieu de vie pour tenter de se reconstruire. Les valeurs de la Communauté des Trois Pierres sont l'accueil sans conditions, le respect de la dignité humaine, la reconnaissance de la capacité de chacun à être acteur de sa vie et à se prendre en charge.  La réalité de cette micro-sociète qu'est la Communauté a nourri et orienté les différents projets artistiques. Les objets alors mis au rebut, trouvent des voies parallèles, alternatives et sont remis sur pied. Sans encombres les resitue dans un questionnement entre traces perdues, passé réactivé, et dialogue réinventé.  Texte de présentation de l'exposition : " Depuis quelques années, l'Ecole européenne supérieure d'art de Bretagne - site de Lorient et la communauté Emmaüs de Rédéné tissent un dialogue constant. Ces échanges ont permis plusieurs formes de rencontres, offrant souvent aux étudiants la possibilité d'obtenir des objets ou des éléments aidant leurs œuvres à se construire.
Cette année, trois étudiants de quatrième année, Anna Conzatti, Aurélie Denis, Jean Bonhoure et d'une artiste récemment diplômée, Claire Vergnolle, portent un regard d'artiste sur le site et les compagnons. Ceux-ci gèrent par leurs activités riches et exigeantes les objets et divers matériaux que notre société laisse derrière elle, entre accumulation démesurée et traces fragiles de nos existences particulières. Créée en 1968, la communauté Emmaüs de Rédéné (29) est un lieu d'accueil de personnes en difficulté d'adaptation sociale, de vie, de travail, de solidarité et d'interpellation politique. Elle accueille 50 compagnons d'origine, de culture et de religion différentes qui assurent une activité afin de se resocialiser et retrouver leur dignité. La récupération et la valorisation des dons issus principalement des particuliers constituent les seules ressources de la communauté. Autour des compagnons, gravitent des bénévoles et des salariés qui vivent une aventure humaine fondée sur la rencontre et le partage : "viens m'aider à aider" disait l'Abbé Pierre, fondateur d’Emmaüs. "                                                                                                                                                 

Exposition "Sans Encombre"

Bonjour à tous, J'ai été invité en Novembre dernier par l'EESAB (École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne) afin de réfléchir sur le sujet : Qu'est-ce que pourrait être l'école d'art "idéale" ? Vaste sujet... Chaque site (Brest, Lorient, Quimper, Rennes) avait invité pour ce moment deux membres du corps enseignant, deux anciens étudiants et un étudiant en fin de cursus. L'idée était pour nous, jeunes artistes ou travailleurs d'autres horizons culturels, d'évaluer cette formation au regard de notre nouvelle expérience dans le milieu artistique. Ce moment de multi prises de recul était un moyen pour faire la critique de la formation dispensée au sein d'une école d'art (atouts et manquements). Nous avons donc exprimé durant cette table ronde diverses idées et problèmes, visions et utopies (car tout est permis!). Il me semblait important d'émettre qu'une école était avant toute chose formée de visions, d'expériences, d'attentes aussi diverses que d'étudiants. C'est suite à cela que je suscite vos retours sur expériences. Je crois que la création de cette plate-forme a résonné au départ comme une envie de partager et d'entreprendre à plusieurs, de créer, d'échanger, de s'ouvrir et d'ouvrir la culture qui sont (je l'espère) par extension, sans doute l'essence d'une école d'art. Il y a cependant des questions plus pragmatiques, matériels, pédagogiques et toutes aussi intéressantes à soulever.  Pour aider à orienter cette réflexion, voici quelques questions simples :  Quels sont les atouts de la formation ? Quelles sont les carences ? Rythmes et progressivité du cursus.. Quelle école "idéale" dans 5 ans? Quels enseignements, quels dispositifs pédagogiques, quels intervenants... Erasmus ? Intérêts... Avis donc aux anciens étudiants de ces écoles et à ceux qui ont un avis... Ces retours d'expériences peuvent ainsi permettre de changer l'école de demain ! Heu...

Les anciens étudiants le savent sûrement, mais le ministère de la culture a mandaté un organisme privé pour réaliser un sondage auprès des anciens étudiants en art ayant obtenu leur diplôme. Cet étude est réalisée tous les ans (ou tous les deux ans) et a pour but de pouvoir donner des chiffres sur l'insertion professionnelle des jeunes diplômés. Cela pourrait être une bonne idée, si seulement les chiffres récoltés n'étaient pas arrangés (je ne dis pas modifiés, juste présentés sous un bon angle) afin de faire briller les apparences et présenter une belle façade de ce qu'est un cursus d'études artistiques.Vu que je ne répond jamais à ces enquêtes (que je trouve bidon), je reçois régulièrement des mails de relances qui commencent à devenir agaçants...J'ai finalement décidé de répondre par mail à l'organisme mandaté. Je vous laisse lire ma réponse sur mon blog.Pour ceux qui ont la flemme de lire l'article complet sur mon blog, en voici les principales lignes expliquant pourquoi je ne veux pas répondre à l'enquête:Je refuse de répondre car je trouve que les chiffres sont arrangés pour faire briller une fausse réalité et mentir aux parents. Après un diplôme en art, les débouchés sont rares (même s'ils sont variés) et c'est souvent des jobs alimentaires qui constituent les premiers emplois d'un jeune diplômé. Je pense que quand on parle du cursus professionnel qui suit après 5 ans d'études en art, il ne faut pas citer de chiffres, mais parler d'un but (être artiste ou se forger une réflexion personnelle de qualité) Pour moi, une école d'art est une formation non professionnalisante, point. La vraie finalité d'une école d'art n'est pas dans les débouchés, mais dans le fait de former des artistes avec une réflexion personnelle, unique et de qualité Les résultats de l'enquête font croire à des débouchés qui en plus d'être très rares (autant qu'après la fac en somme) faussent le réel intérêt de ces études Je n'ai, à ce jour, toujours pas reçu de réponse... Et vous qu'en pensez-vous ?

Comme tous les ans, les étudiants de 4ème année de l'école européenne supérieure d'art de bretagne (EESAB, anciennement ESA) exposent leurs travaux à l'extérieur. Cette année n'y coupe pas et c'est donc aux Ateliers de la Gare à Locminé (56500) qu'ils ont choisi de s'installer. Bartlebyturique* (22 septembre – 30 octobre 2011) Exposition des étudiants de 5ème année de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Lorient à l’Atelier de la Gare, Locminé (56500) Un point d’étape, avant l’entrée en 5ème et dernière année.L’école et l’Atelier de la Gare offrent la possibilité à un groupe de 12 étudiants d’investir un espace d’exposition hors de leurs ateliers, de concevoir un accrochage collectif avec des œuvres personnelles, qui interrogent des démarches singulières. Présenter des pièces abouties mais porteuses des développements à venir, expérimenter la présentation des œuvres au public, garder la trace de l’événement par une édition, tels sont les enjeux de ce Bartlebyturique. Cette exposition regroupera les travaux de Charlène Auvinet, Soazic Bruneau, Emeline Chanu, Nolwenn Guérin, Olivia Gras, Laura Hernandez, Guillaume Lepoix, Adélaïde Lerouge, Xiangyan Liu, Coralie Moser, Maud Poulain, Emmanuelle Vennel Entrée libre L’atelier de la gare – 3 place Anne de Bretagne – 56500 Locminé www.latelierdelagare56.com * « Médicament aux propriétés hypnotiques que les employés de bureau de Wall Street préfèreraient ne pas consommer » (Alain Créhange).

bartelbyturique.jpg