L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Catégorie Découvertes

Découvertes (artiste, lieu, livre, film, etc..) à faire partager.

< Page 2

Je tiens à vous présenter le nouveau film de Ang Lee ( réalisateur de Le secret de brokeback mountain, Tigre et dragon). Il s'intitule "L'Odyssée de Pi" dont voici un résumé:  source wikipédia Le film raconte l’histoire magique des aventures de Pi Patel, fils du directeur d'un parc zoologique. Ayant vécu à Pondichéry, la famille décide de déménager au Canada. Ils embarquent alors à bord d’un énorme cargo. À la suite de son naufrage, Pi se retrouve à la dérive dans l’océan Pacifique à bord d’un radeau de sauvetage accompagné d’un zèbre blessé, une hyène, un orang-outan et un tigre du Bengale appelé Richard Parker, lesquels essaieront de lutter pour leur survie... A moins que tout ceci ne soit le fruit de son imagination pour détourner une réalité trop difficile à vivre... https://www.youtube.com/watch?v=_xA3rmtpn1k Sincèrement mais en étant assez subjectif, je vous le conseille. Certains connaissent mon gout pour l'animalier, qui est merveilleusement représenté, mais en plus de cela il questionne des sujets comme la religion, l'instinct de survie et la cruauté. Ce film contient des images juste "wow", fantastiques et étonnantes, entre réalité et fantaisie (trés photographiques et oniriques). Je précise aussi qu'il s'agit avant tout d'une histoire tirée du roman de Yann Martel pour les amateurs de littérature, que je vais m'empresser de lire. Je vous laisse le plaisir de le voir sans en dire plus. Petit fait intéressant, le film a pu être vu en avant-première à la piscine Pailleron à Paris. Les spectateurs ont été placés dans des canots sur l'eau, embarqué avec l'utile gilet de sauvetage. Idée surprenante qui met le spectateur en situation, celle du personnage principale à la dérive sur les océans, voilà une façon de vivre un film de façon inédite et plus intense.

life_of_pi_affiche_02.jpg

Une chronique cinéma pour traiter d'un film actuellement au cinéma, le nouveau James Bond : Skyfall. Avant de parler de ce 23ème opus, je voudrais revenir sur le nouveau cycle entamé avec l'arrivée de Daniel Craig (le 6ème acteur à interpréter James Bond), qui correspond, selon moi à une cassure nette avec le genre vieillissant et moribond de la licence 007. Un flingue, des femmes, des voitures, un Bondet une légère dose de testostérone Avant Casino Royale (qui est le premier film du nouveau cycle avec Daniel Craig), je voyais les films de James Bond plus comme une sorte d'hommage nostalgique à l'époque de la guerre froide. Le schéma classique du bloc de l'est affrontant celui de l'ouest était, même avec les films interprétés par Pierce Brosnan, la trame narrative classique de tous ces opus. Jusqu'alors Bond représentait un agent secret dans ce qu'il a de plus "classe" : belles voitures, beaux costumes, un dragueur hors pair, toujours avec un verre de Martini-vodka (mélangé au shaker, pas à la cuillère), se débarrassant de ses ennemis avec un coup de révolver, sans effusion de sang. L'image de Bond était donc presque celle d'un super héros, symbole ultra-machiste d'un homme, un vrai, riche, fort séduisant et intelligent qui sauve le monde. Le problème avec cette image c'est qu'elle a réellement fait son temps. Déjà la scission est-ouest n'existe plus, ensuite le schéma machiste véhiculé par Bond est réellement devenu cliché voire kitch. Même si j'ai toujours autant de plaisir à regarder les anciens 007 (ça dépend, il y en a aussi de très mauvais), j'avoue que ce type de scénarios devient, à force, lassant. Par ailleurs, l'arrivée de licences concurrentes, nettement plus "fraiches", telles que la trilogie Jason Bourne (la mémoire dans la peau, la mort dans la peau, la vengeance dans la peau) ont réellement mis James Bond au placard, dans la catégorie "antiquités à dépoussiérer de temps à autre". C'est alors que sort, en 2006, Casino Royale, premier volet du cycle Daniel Craig, qui casse littéralement les codes de l'agent 007 et ce pour plusieurs raisons. Le choix de l'acteur. Daniel Craig possède un physique très différent des précédents acteurs qui ont incarné Bond. Il est trapu, c'est une masse, c'est un ours. Son visage, avec ses deux yeux d'un bleu intense, entre en contraste avec son corps. Il est le symbole de ce nouveau Bond : moins classe, plus animal et très énigmatique. A l’inverse de Brosnan, il ressemble plus à un gros rustre qu'à un mannequin. Le cliché de l'agent secret très select qui tue proprement ne peut absolument pas s'appliquer avec cet acteur. Il ressemblerait presque à un acteur russe que l'on aurait pu retrouver en tant que méchant dans un des anciens films de James Bond. Un agent plus tellement classe La première scène de Casino Royale annonce la couleur : le nouveau Bond tue un homme de manière très brutale à mains nues, bien loin de l'image que l'on peut avoir de l'agent éliminant sa cible avec un silencieux. Toujours dans Casino Royale, notre agent joue au poker et se fait littéralement dépouiller par ses adversaires en se faisant avoir par l’appât du gain. Il perd aussi sa voiture de la même manière : là où Brosnan détruisait son véhicule en la dirigeant avec son téléphone contre des dizaines de méchants (Demain ne meurt Jamais), Craig perd le contrôle de son Aston Martin avec un coup de volant mal placé et fait une dizaine de tonneaux tout seul. Bond - Vodka-Martini Serveur - Au Shaker ou à la cuillère ? Bond - Qu'est-ce que j'en ai à foutre ? Une scène mythique de Casino Royale (bond vient de perdre lamentablement au poker) Un rapport avec les femmes plus ambigü Même si le cliché du tombeur de femmes n'a pas disparu avec Daniel Craig (il poursuit le palmarès de ses prédécesseurs avec une bonne moyenne de 2 à 3 femmes par film), son rapport a quelque peu changé. D'abord dans Casino Royale, vers la fin du film, il se laisse séduire par une femme et va même jusqu'à demander sa démission pour la suivre. Il s'avèrera par la suite qu'elle le manipule de long en large et qu'il s'est totalement fait rouler dans la farine. Il prend par là une direction beaucoup plus faible : le tombeur de femmes se laisse séduire et montre une véritable vulnérabilité qui va presque jusqu'à lui coûter la vie. Dans Skyfall, le rapport va même plus loin. Javier Bardem (qui interprète le méchant), fait des propositions plus que douteuses à Bond en lui faisant allusion à ce qu'il pourrait découvrir s'il s’adonnait à l'homosexualité. Bond lui répond aussitôt "Qu'est-ce qui vous fait penser que c'est ma première fois ?". Les gadgets inexistants ou presque Les précédents Bond avaient parfois réussi à friser la pure science fiction avec des gadgets hallucinants, mais on se souviendra surtout des derniers films qui ne dérogeaient pas à la scène de présentation des nouveaux gadgets présentés par Q. Les voitures regorgeaient de trouvailles (dans Demain ne meurt Jamais il peut piloter sa voiture avec son vieux téléphone couleur, ça a très mal vieilli du coup) et de trucs qui étaient forcément utilisés à un moment ou un autre, si bien qu'on pouvait deviner le scénario du film en fonction de la liste de gadgets annoncés au début. A partir de Casino Royale, les gadgets sont presque totalement supprimés. D'ailleurs une scène de Skyfall donne une très bonne explication : le nouveau Q (l'acteur aux cheveux blancs qui interprétait Q étant mort, il a été remplacé par un petit jeune, un geek \o/) donne juste un pistolet à Bond (je n'ai pas le film sous la main, les dialogues ne sont pas exacts) : Bond - c'est tout ? Q - Oui, vous auriez voulu un stylo qui explose ou un truc du genre ? Bond - ... Q - On ne fait plus ça c'est fini maintenant ! En conclusion je dirai que ce nouveau cycle de Bond fait tout son possible pour détruire les clichés vieillots de la licence en proposant un personnage beaucoup plus animal, mais dont la psychologie se dessine beaucoup mieux. C'est donc un James Bond contemporain, débarrassé des clichés et du superflu (gadgets, paillettes et autres kitcheries), remis dans un contexte socio-politique moderne que Craig interprète. Tout en gardant ce qui fait l'essence même de l'agent 007 (les missions à risque, la baston, le costume 3 pièces avec nœud papillon et le flegme britannique de Bond) ces trois films remettent au goût du jour ce personnage. Et pour Skyfall... Attention, si vous n'avez pas vu le film arrêtez-vous là ! La suite risque de vous dévoiler des passages clés du film (et la fin)... Je terminerai ce long billet par dire que j'ai vraiment adoré Skyfall, tout en restant dans la lignée d'un Bond contemporain, il va plus loin en situant l'action en Angleterre, la terre natale et la nation de l'agent 007. Ainsi, le spectateur revient aux sources de James Bond, en allant jusqu'à découvrir certaines choses sur son enfance. On y voit ainsi un Bond en pleine gueule de bois, moitié alcoolique, il tremble, il a les genoux en bouillie, ce n'est plus qu'un fossile qui a besoin de revenir aux sources pour reprendre un nouveau départ. Il est confronté à de nouveaux arrivants dans l'équipe (le jeune qui remplace Q est non seulement brillant, mais semble bien plus cultivé et intelligent que Bond, bien que moins expérimenté), ce qui secoue un peu notre agent. Pour moi, la fin du film signe magnifiquement cette volonté de tout recommencer : la mort de M (en quelque sorte la Maman de Bond) est clairement la volonté de redonner à James Bond une nouvelle vie d'adulte, il va devoir reconstruire son identité presque à partir de zéro (même la vieille voiture qu'il avait conservée, symbole de son lien aux anciens films de la saga, est complètement détruite). Maintenant que cette transition est terminée, j’attends donc avec impatience le prochain volet qui devrait, je l'espère, recréer un nouveau mythe sur les cendres encore fumantes de cette saga, décidément immortelle. Et vous qu'en avez-vous pensé ? Êtes-vous séduit par cette nouvelle direction que prend notre agent cinquantenaire (le premier film date de 1962), ou regrettez-vous ce changement ?

jb00247.jpg

Avis aux curieux et aux curieuses, j'y suis allé l'an dernier et c'est pas mal du tout (Weekend organisé par Michael Phélippeau, artiste qui sera beaucoup présent cette saison au Théâtre de Lorient www.letheatredelorient.fr ) Voici le programme des Résidences, autour de la danse contemporaine, de Guissény (29) : Ce samedi 8 septembre :  Restitutions :11h : Conférence dansée de Julia Cima à l'extérieur de Ti an Holl;11h30 :  Ti an Holl;Midi : pique-nique;14h30 : Marie-Laure Caradec et les CP de l'école de l'Agoat de Lesneven au boulodrôme dans les Ateliers;15h : La mutation des êtres vivants, Julia Cima à Ti an Holl;16h : Dalida Ringo...Chansons de gestes, Daniel Larrieu à Skol an Aod;17h : Suspects aspects of words, Lénio Kaklea et Lou Forster à Skol an Aod;18h : Marie-Laure Caradec et les CE de l'école Sainte Anne de Kernilis à Skol an Aod;18h30 : La chanson dans tous ses états, Jérôme Marin et Antoine Bernollin à Skol an Aod;20h : Chorus à Skol an Aod;21h30 : Bal à la salle communale; Plus d'immersion, venez admirer l'exposition photographique de Daniel Larrieu et consulter des ouvrages sur le monde de la danse sélectionnés par les artistes, à l'office du tourisme. Sur la place près de l'office, écoutez la fausse radio.  Cette année, les Résidences arrivent chez vous. Sur le 95.9, Radio Emeraude vous propose de suivre les moments de respiration de Lénio Kaklea : uniquement le vendredi 7 septembre à 12h, à 18h et dans la nuit de vendredi à samedi vers minuit.  Toute la journée de samedi du 8 septembre, l'office du tourisme vous renseigne et vous guide.       plus d'info par ici: http://adomicile.guissasso.fr/

Une pensée pour Mahé et ses derniers projets...Voici une pièce de Delphine RIGAUD Description: Graphique sur les liens hypertextes littéraires, réalisé à l’encre sur papier. Le catalogue de l’exposition GNS (Palais de Tokyo 2002) constitue une référence importante dans la genèse de mon travail; ce livre marque le point de départ du graphique. A partir de cette référence, j’effectue un relevé des notes de bas de page et bibliographies qui renvoient aux ouvrages références de ce livre. L’opération est répétée pour chacun des ouvrages rencontrés, quand la référence est accessible. Les liens sont tracés d’un titre à l’autre; dans la mesure du possible un titre n’est mentionné qu’une seule fois même s’il renvoie à plusieurs référents; ce sont alors les liens qui se répètent. Objectifs: Un livre n’est pas un espace clos, il renvoie à d’autres ouvrages et développe ainsi son propre paysage culturel. Ici sont mis en évidence les liens hypertextes, les références qui nourrissent un livre, qui en nourrissent d’autres et ainsi de suite, en une arborescence infinie. Il est bien question de paysage culturel, et le résultat plastique renvoie à cette notion de paysage; on est dans la carte avec ce qu’elle suppose de contemplation, de navigation du regard et de lecture pour trouver un chemin qui mène à telle ou telle référence. La profusion de références qui mènent à un seul livre (le point de départ, le catalogue GNS), est telle qu’on y perd son chemin, quitte à tomber sur d’autres titres familiers qui nous emmènent ailleurs.

D_RIGAUD.jpg

Clin de pieuvre pour Arnaud!

abc_chapelle_3.jpg

dans Découvertes (0)

- page 2 de 3 -