L'association Multi-Prises L'Association Accéder à la page

Archives du mois de septembre 2011

Tous les billets publiés ce mois ci

Comme tous les ans, les étudiants de 4ème année de l'école européenne supérieure d'art de bretagne (EESAB, anciennement ESA) exposent leurs travaux à l'extérieur. Cette année n'y coupe pas et c'est donc aux Ateliers de la Gare à Locminé (56500) qu'ils ont choisi de s'installer. Bartlebyturique* (22 septembre – 30 octobre 2011) Exposition des étudiants de 5ème année de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Lorient à l’Atelier de la Gare, Locminé (56500) Un point d’étape, avant l’entrée en 5ème et dernière année.L’école et l’Atelier de la Gare offrent la possibilité à un groupe de 12 étudiants d’investir un espace d’exposition hors de leurs ateliers, de concevoir un accrochage collectif avec des œuvres personnelles, qui interrogent des démarches singulières. Présenter des pièces abouties mais porteuses des développements à venir, expérimenter la présentation des œuvres au public, garder la trace de l’événement par une édition, tels sont les enjeux de ce Bartlebyturique. Cette exposition regroupera les travaux de Charlène Auvinet, Soazic Bruneau, Emeline Chanu, Nolwenn Guérin, Olivia Gras, Laura Hernandez, Guillaume Lepoix, Adélaïde Lerouge, Xiangyan Liu, Coralie Moser, Maud Poulain, Emmanuelle Vennel Entrée libre L’atelier de la gare – 3 place Anne de Bretagne – 56500 Locminé www.latelierdelagare56.com * « Médicament aux propriétés hypnotiques que les employés de bureau de Wall Street préfèreraient ne pas consommer » (Alain Créhange).

bartelbyturique.jpg

Pierre Cochard nous a fait suivre par mail un texte très intéressant de Paul Valéry (trouvé sur skole.fr), ça fait réfléchir... Je n’hésite jamais à le déclarer, le diplôme est l’ennemi mortel de la culture. Plus les diplômes ont pris d’importance dans la vie (et cette importance n’a fait que croître à cause des circonstances économiques), plus le rendement de l’enseignement a été faible. Plus le contrôle s’est exercé, s’est multiplié, plus les résultats ont été mauvais. Mauvais par ses effets sur l’esprit public et sur l’esprit tout court. Mauvais parce qu’il crée des espoirs, des illusions de droits acquis. Mauvais par tous les stratagèmes et les subterfuges qu’il suggère ; les recommandations, les préparations stratégiques, et, en somme, l’emploi de tous expédients pour franchir le seuil redoutable. C’est là, il faut l’avouer, une étrange et détestable initiation à la vie intellectuelle et civique. D’ailleurs, si je me fonde sur la seule expérience et si je regarde les effets du contrôle en général, je constate que le contrôle, en toute matière, aboutit à vicier l’action, à la pervertir... Je vous l’ai déjà dit : dès qu’une action est soumise à un contrôle, le but profond de celui qui agit n’est plus l’action même, mais il conçoit d’abord la prévision du contrôle, la mise en échec des moyens de contrôle. Le contrôle des études n’est qu’un cas particulier et une démonstration éclatante de cette observation très générale. Le diplôme fondamental, chez nous, c’est le baccalauréat. Il a conduit à orienter les études sur un programme strictement défini et en considération d’épreuves qui, avant tout, représentent, pour les examinateurs, les professeurs et les patients, une perte totale, radicale et non compensée, de temps et de travail. Du jour où vous créez un diplôme, un contrôle bien défini, vous voyez aussitôt s’organiser en regard tout un dispositif non moins précis que votre programme, qui a pour but unique de conquérir ce diplôme par tous moyens. Le but de l’enseignement n’étant plus la formation de l’esprit, mais l’acquisition du diplôme, c’est le minimum exigible qui devient l’objet des études. Il ne s’agit plus d’apprendre le latin, ou le grec, ou la géométrie. Il s'agit d’emprunter, et non plus d’acquérir, d’emprunter ce qu’il faut pour passer le baccalauréat. Ce n’est pas tout. Le diplôme donne à la société un fantôme de garantie, et aux diplômés des fantômes de droits. Le diplômé passe officiellement pour savoir : il garde toute sa vie ce brevet d’une science momentanée et purement expédiente. D’autre part, ce diplômé au nom de la loi est porté à croire qu’on lui doit quelque chose. Jamais convention plus néfaste à tout le monde, à l’Etat et aux individus (et, en particulier, à la culture) n’a été instituée. C’est en considération du diplôme, par exemple, que l’on a vu se substituer à la lecture des auteurs l’usage des résumés, des manuels, des comprimés de science extravagants, les recueils de questions et de réponses toutes faites, extraits et autres abominations. Il en résulte que plus rien dans cette culture altérée ne peut aider ni convenir à la vie d’un esprit qui se développe. Paul Valéry, Le bilan de l'intelligence (1935), in Variété, Œuvres, t. 1, Gallimard, Pléiade, p. 1076.

Le 3 octobre 2010, Éric Vigner créait l’Académie : une « petite démocratie » regroupant sept jeunes acteurs français et étrangers, visant à former à la fois un espace de transmission, de recherche et de production théâtrale. Scellant l’acte de naissance de l’Académie, La Place royale de Pierre Corneille ouvre la saison du Théâtre de Lorient en opérant une sorte de retour aux sources. C’est en effet à cette comédie, déjà, qu’Éric Vigner s’attaquait à la fin de ses études au Conservatoire, en 1986, y dirigeant sept acteurs de sa promotion (parmi lesquels Denis Podalydès). Cette pièce de jeunesse sur la jeunesse a été écrite par Corneille en 1634, à l’âge de 28 ans, deux ans avant L’Illusion comique — pièce qu’Éric Vigner avait choisi de présenter pour l’ouverture du CDDB en 1996—, et trois ans avant qu’il n’abandonne la comédie pour se tourner vers le genre tragique. Sous-titrée «L’amoureux extravagant », La Place royale conte les atermoiements d’Alidor, qui aime Angélique, sans toutefois pouvoir se résoudre à l’idée d’un mariage qui signifierait la perte de sa liberté. Dans ce spectacle où la beauté visuelle propre aux mises en scène d’Éric Vigner prend une tournure baroque, où l’on retrouve le soin qu’il apporte au texte et son incarnation, les alexandrins de Corneille se frottent aux accents des jeunes comédiens de l’Académie. Cela n’en souligne que mieux la modernité de cette pièce qui marque la naissance du héros cornélien, brillante et réjouissante méditation sur l’amour et la liberté, et la façon dont l’amour peut faire échec à l’amour. La Place royale est également l’occasion, pour le Théâtre de Lorient, de faire un focus sur ce XVIIe siècle qui a vu naître la ville, mêlant concerts, conférence, danse...

IMG_3967.JPG